Atelier Dia du français


21 et 22 mai 2012

Université de Gand


LA DIA-VARIATION EN FRANÇAIS ACTUEL

DES CORPUS AUX OUVRAGES DE REFERENCE (DICTIONNAIRES/GRAMMAIRES)

 

Atelier organisé par Gaétane Dostie (Université de Sherbrooke) et Pascale Hadermann (Université de Gand), avec le soutien de la XIIe Commission de coopération Québec/Flandre

Cadre de la rencontre

La vaste problématique de la variation en français a été largement explorée depuis une vingtaine d’années, aussi bien en synchronie, en particulier sous un angle sociolinguistique (entre autres Coveney 2002, Gadet 2007, Barra-Jover 2010), qu’en diachronie par l’entremise, notamment, du phénomène de la grammaticalisation qui a connu un engouement spécial (entre autres Dostie 2004, Marchello-Nizia 2006, Combettes et al. 2010, Fagard 2010).

Cet atelier sera l’occasion de réfléchir à la question de la dia-variation telle qu’elle se manifeste en français dans les années 2000, c’est-à-dire à la variation diaphasique (liée aux registres de langue), diastratique (relative aux classes sociales) et diatopique (en lien avec l’espace donc, avec la géographie) qu’elle résulte ou non de changements amorcés de longue date (ex. : la survivance et l’usage régulier de la particule de négation point dans la région acadienne de Baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse au Canada ; Wiesmath 2006). Elle réunira des chercheurs dont les travaux seront axés, prioritairement, sur des cas spécifiques de variation lexicale ou morphosyntaxique. Ces travaux mettront en valeur les particularités des cas examinés d’un point de vue intrasystémique (par ex. leur sens) et leur rôle dans le dia-système (par ex. leur positionnement en regard d’autres marqueurs ou d’autres phénomènes relevant du même paradigme que celui auquel appartiendront les cas considérés). En outre, les cas investigués devraient déboucher sur l’une ou l’autre des deux thématiques suivantes, incontournables dans une perspective englobante de la variation en français actuel :

  • Les outils mis à la disposition du chercheur qui souhaite prendre le pouls de la variation synchronique pour un sujet comme celui qui aura été traité (par ex. les qualités et les limites des corpus sur lesquels le chercheur se sera appuyé), avec une considération particulière quant au statut à accorder, dans les données récoltées, aux idiolectes, aux styles personnels, aux interlangues, aux interférences oral/écrit, etc. ;
  • La représentation qui devrait idéalement être faite, dans les ouvrages de référence (par ex. dans telle ou telle sorte de dictionnaire ou de grammaire), des cas qui auront été traités, avec une réflexion sur la manière dont pourraient y être présentées, de la meilleure façon possible, leurs particularités sémantiques, morphosyntaxiques et, le cas échéant, discursives.  

REFERENCES – SELECTION

Barra-Jover, Mario (éd.), 2010, « Le(s) français : formaliser la variation », Langue française 168.
Combettes, Bernard, Guillot, Céline, Oppermann-Marsaux, Evelyne, Prévost, Sophie & Rodriguez Somolinos, Amalia (éds), 2010, Le changement en français. Études d linguistique diachronique, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien : Peter Lang.
Coveney, Aidan, 2002, Variability in Spoken French, Bristol : Elm Bank.
Dostie, Gaétane, 2004. Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique, Bruxelles : Duculot.De Boeck.
Fagard, Benjamin, 2010, Espace et grammaticalisation. L’évolution sémantique des prépositions dans les langues romanes, Sarrebruck : Editions Universitaires Européennes.
Gadet, Françoise, 2007, « La variation de tous les français », LINX 57, 155-164.
Gadet, Françoise, 2007, La variation sociale en français, Paris : Ophrys.
Marchello-Nizia, Chritiane, 2006, Grammaticalisation et changement linguistique, Bruxelles : De Boeck.
Wiesmath, Raphaëlle, 2006, Le français acadien : analyse syntaxique d’un corpus oral recueilli au Nouveau-Brunswick, Canada, Paris : L’Harmattan. 

Programme provisoire

Lundi le 21 mai 2012

Campus « Lettres » – Blandijnberg 2, B-9000 Gand – salle 140 (premier étage)

9 h – 9 h 30 Accueil
9 h 30 – 10 h 10    Estelle Moline (MoDyCo – CNRS, U. Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Variations et changements syntaxiques en synchronie »
10 h 10 – 10 h 50    Bruno Courbon (U. Laval)
« Des changements dans les échanges électroniques en français : approche micro-diachronique de la variation lexicale diatopique sur/dans Internet »
10 h 50 – 11 h 30    Guillaume Fong Sing (U. Paris 7 – Diderot)
« Représentation d’une norme endogène du français de l’Ile Maurice : extraction et analyse des mauricianismes morphosyntaxiques et lexicaux dans un corpus de sketches (2004-2011) de J. C. Antoine (journaliste mauricien) »
11 h 30 – 12 h   Pause
12 h 00 – 12 h 40    André Valli (U. de Provence)
« Point de vue diachronique à propos d’écarts « typants » observés dans l’usage de locuteurs marseillais peu instruits »
12 h 40 – 13 h 20    Pierre Larrivée (U. de Caen)
« La question du vernaculaire dans la diachronie du français »
13 h 20 – 14 h 30  Déjeuner
14 h 30 – 15 h 10    Inka Wissner (ATILF – CNRS / U. Nancy 2)
« Diatopie et métadiscours : pour un nouveau système d’étiquetage des mises en relief en lexicographie différentielle »
15 h 10 – 15 h 50    Mireille Bilger (U. de Perpignan) et Paul Cappeau (U. de Poitiers)  
« Pas toujours le même même »
15 h 50 – 16 h 20  Pause
16 h 20 – 17 h    Catherine Collin (U. de Nantes)
« Et que buzze-t-il donc ce diable d’internet? Épopée d’un son, variation d’une image »
17 h – 17 h 40  Discussion
Proposition de création d’un réseau international consacré à l’examen de la variation en français actuel   
=> Nom : « Réseau International DIA du Français Actuel » (RIDIA_FrA)
=> Regroupement de spécialistes d’orientations théoriques diverses dont les travaux touchent le lexique ou la morphosyntaxe, et qui sont préoccupés par :
i) la problématique des ressources documentaires mises à leur disposition pour prendre le pouls de la variation en synchronie (cf. les corpus) ;  
ii) le traitement des faits de variation lexicale et morphosyntaixque dans les ouvrages de référence (cf. dictionnaires/grammaires).
N. B. : Un document présentant quelques pistes de réflexion relativement à la création du RIDIA_FrA et à sa mission sera envoyé aux participants de l’atelier au début du mois de mai, en vue de la discussion.
19 h       Dîner (Informations à venir)

 

Mardi le 22 mai

Campus « Lettres » – Blandijnberg 2, B-9000 Gand – salle 140 (premier étage)

9 h 30 – 10 h 10    Jean-René Klein (U. catholique de Louvain) et Béatrice Lamiroy (KULeuven)
« D'un corpus variationniste à une analyse diatopique des expressions verbales figées »
10 h 10 – 10 h 50    Florence Lefeuvre (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et Sabine Tinchant (Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
« Analyse syntaxique, discursive et multimodale de quelques marqueurs à l’oral (quoi, enfin, quand même…) dans le français de France, de Louisiane et du Québec »
10 h 50 – 11 h 20  Pause
11 h 20 – 12 h 00    Matthias Tauveron (LiLPa, U. de Strasbourg)
« Variation diastratique du sens lexical : pour une classification non-hiérarchique du lexique »
12 h 00 – 12 h 40    Olivier Iglesias (U. Paris 8 – Saint Denis)
« Je le lui ai dit, je lui ai dit ou je lui l’ai dit. Réflexions autour de la variation dans l’ordre des pronoms clitiques de troisième personne »
12 h 40 – 13 h   Clôture